course_auto_en_45Dans un Paris à peine libéré, les organisateurs de ce "Grand Prix" rassemblent ce qu'ils peuvent comme voitures de course encore en état et les font concourir sur 3 épreuves : la coupe de la Libération, la coupe Robert Benoist et la coupe des Prisonniers. La course se déroule dans le Bois de Boulogne, aux portes de Paris.


Robert Benoist est le premier français qui, en 1927, devient champion du monde (au volant d'une Delage 1500). Pendant la guerre, il s'engage dans la résistance. Arrété par la Gestapo en juin 1944, il est déporté au camp de concentration de Buchenwald où il est exécuté 3 mois plus tard. En hommage, l'une des 3 coupes de la course du Bois de Boulogne lui est dédié et porte donc son nom.


Le premier gagnant de la "coupe Robert Benoist" est un inconnu : un jeune italien répondant au nom d'Amédée Gordini et pilotant une Simca. La coupe des Prisonniers est, quant à elle, remporté par Pierre Wimille qui conduit une Bugatti. Son rival, Raymond Sommer, occupe la deuxième place au volant de sa Talbot.

D'autres jeunes pilotes commencent à se faire un nom, comme par exemple Fangio, Ascari, Farina, Villoresi ou Gonzales. Les journaux dédiés à l'automobile décident de consacrer une partie de leurs pages au sport automobile... Une partie de la France semble vouloir oublier la guerre.