Alexandre_Loukachenko

Cette année là, Alexandre Loukarenko devient président d'un pays de 10 millions d'habitants et, au bout de quelques années, est surnommé le "Staline biélorusse". Assez vite, il met la télévision à sa botte et, en quelques années, fait disparaître la presse indépendante. Une seule station de radio d'opposition parvient à émettre faiblement à partir du territoire polonais... mais elle est systématiquement brouillée.

Loukarenko a décidé que rester immobile ou taper du pied dans la rue sont des délits. Les étudiants qui sont surpris à critiquer le régime sont exclus de l'université. Pour ceux qui en ont les moyens, Loukarenko leur permet cependant d'acheter leurs diplômes. En attendant, quand elle sort, la jeunesse biélorusse préfère aller faire la fête en Ukraine, là où la parole leur semble être libre.

Les retraités vendent des légumes sur les marchés pour survivre car Loukarenko diminuent régulièrement leurs pensions, ainsi que les indemnités des 2 millions de victimes du nuage de Tchernobyl. Les agriculteurs sont fortement incités par Alexandre Loukarenko à s'installer sur les milliers d'hectares de terre déclarée décontaminée par décret et la croissance démographique est négative en Biélorussie depuis 1992.

Les salariés biélorusses sont tous ironiquement "millionnaires" puisque, à Minsk, au taux de change officiel, leur salaire moyen équivaut à 3 millions de roubles biélorusses. La forte inflation qui sévit fait inflexiblement monter les prix chaque jour. Au début du 21ème siècle, Alexandre Loukarenko sera réélu 2 fois avec plus de 80% des voix.