Affiche_defendant_la_langue_bretonneNé au tout début du 20ème siècle, l'Emzav (mouvement culturel et politique breton) cède la place en 1911 au Parti Nationaliste Breton, créé par des étudiants. Mais le PNB,  reste un groupuscule.

En 1932, sous les ordres de Célestin Lainé, la société secrète Gwenn ha Du détruit le monument qui commémore le rattachement de la Bretagne à la France.

Ce même Célestin Lainé, pendant la seconde guerre mondiale, entraine une centaine de nationalistes dans le camp des nazis. Ensemble, ils fondent Bezenn Perrot et combattent les résistants... bretons. 

Au début des années 1960 naît ensuite le FLB-ARB (Front de Libération de Bretagne - Armée Révolutionnaire Bretonne). Le FLB-ARB est pour la lutte des classes et contre le colonialisme. Ses 2 premiers attentats, en 1966, visent une perception et une sous-préfecture.

Les autorités françaises durcissent alors le ton : en 1967, des bretons, pour avoir apposé des autocollants nationalistes sur leurs voitures, sont condamnés en justice pour trouble à l'ordre public.

Au début de 1974, les nationalistes font exploser l'émetteur de télévision de Roc'h-Trédudon. Un décret du conseil des ministres interdit et dissout alors le FLB-ARB. Pendant quelques années encore, une poignée de ses membres restent vaguement actifs.

Désormais, la trés grande majorité des bretons semble être parvenue à concilier son identité, la reconnaissance de sa langue et sa culture avec celles de la France.