Oussama_ben_LadenEn 1924, les alliés occidentaux installent Mustafa Kemal et les laïcs turcs dans le califat ottoman. Les islamistes ultra-conservateurs en gardent une rancoeur durable.

En Indonésie, en 1965, les partis musulmans participent au massacre des communistes tandis que les musulmans pakistanais s'allient aux USA contre l'Inde pro-soviétique. Sayed Qotb, dirigeants des Frères musulmans, est pendu sur ordre de Nasser, président de l'Egypte socialiste, en 1966. Les Frères musulmans apportent donc, en toute logique, leur soutien à Anouar-el-Sadate qui élimine, en 1970, les derniers marxistes nasseriens.

L'ayatollah Khomeyni proclame en 1979 la République Islamique d'Iran. Les iraniennes doivent intégralement se couvrir d'un habit en tissu noir nommé tchador. Les retrouvant dans des livres du moyen-âge, Khomeyni et ses adeptes emploient des mots comme "charia" ou "fatwa". De son côté, l'URSS envoie son armée au secours du gouvernement ami de Kaboul, en Afghanistan, qui affronte des islamistes armés par les USA.

Un certain Oussama ben Laden y commence une carrière de grand ennemi des "sans Dieu" et des communistes. Mais, en 1989, la disparition de l'URSS sonne le glas de l'alliance stratégique entre l'islam ultra-conservateur et l'occident libéral. Ben Laden, devenant alors le chef naturel d'un jihad anti-occidental, milite pour un islamisme d'extrème-droite, anti-impérialiste et aveuglément meurtrier.

Il considère que le jihad doit s'appliquer partout où l'islam se retrouve face à des infidèles (athées et communistes, mais aussi chrétiens, juifs, bouddhistes, hindouistes et également "mauvais musulmans"). En 2001, les soldats islamistes de Ben Laden s'en prennent aux USA. Ils jettent 2 avions sur les tours jumelles de New-York qui s'écroulent. Le bilan est estimé à 2.750 morts.