A Paris, Fred Matter, Michel Perez, Robert Gessain et Paul-Emile Victor ont obtenu une aide financière du Musée de l'Homme et d'industriels français afin de réaliser une étude ethnologique du peuple Inuit, au Groënland. A bord du bâteau du commandant Jean-Baptiste Charcot, ils débarquent à Ammassalik, sur la côte est. Là, en 1934, les 4 jeunes scientifiques s'installent dans une maisonnette en bois pour y passer l'hiver.

1934_femme_InuitIls en profitent pour étudier les coutumes et la langue Inuit, Paul-Emile Victor allant jusqu'à partager son lit avec une jeune femme nommé Doumidia. Arrive septembre. Charcot revient et ramène les 4 jeunes gens en France. En 1936, ils repartent pour tenter, en traineaux à chiens, la traversée du Groënland d'ouest en est. Les premiers jours se passent bien quand survient un blizzard qui les immobilise pendant 3 longues semaines.

A plusieurs reprises, faute de nourriture, ils doivent abattre des chiens et abandonner du matériel. Au bout de 45 jours, ils parviennent enfin à Ammassalik. Ses 3 compagnons veulent rentrer en France mais Paul-Emile Victor veut rester et hiverner avec la famille de Doumidia. Auparavant, il remet à Charcot le film réalisé lors de leur traversée du Groënland. Ce film, tout comme le bâteau, ne parviendra jamais en France...

Une tempête fait sombrer le navire le long des côtes islandaises. Paul-Emile l'ignore. Il reste un an avec Doumidia et sa famille. Il chasse le phoque avec eux, dort sous une fourrure, et devient Wittou, mari de Doumidia. A l'été de 1937, il l'abandonne  et retourne en France. Il ramène une profusion de dessins et de notes, ainsi qu'une collection de 3500 objets Inuit. Il donne le tout au Musée de l'Homme.