Kurt_von_Schuschnigg1936Le prince Philippe de Hesse, gendre du roi d'Italie et officier supérieur dans les S.A., doit remettre à Benito Mussolini une lettre de Adolf Hitler.

Cette lettre annonce que l'armée du Reich se tient prête à traverser la frontière qui sépare l'Allemagne de l'Autriche.

Le lendemain, Philippe De Hesse téléphone à Hitler pour lui annoncer que Mussolini n'y voit aucune objection. 


En Autriche, le chancelier Kurt von Schuschnigg met hors-la-loi le Parti Social-Démocrate et ses 42% d'électeurs. Il se retrouve alors bien seul face au puissant Parti National-Socialiste (que téléguide l'Allemagne).


Pour barrer la route aux nazis, il annonce la tenue d'un référendum. Furieux, Hitler fait survoler l'Autriche par des avions allemands qui jettent des tracts et envoie Himmler en mission à Vienne...

Les S.S. et S.A. autrichiens arrêtent 76000 ennemis du Reich et le nazi Seyss-Inquart, ministre autrichien de la sécurité, demande le report du référendum. Le chancelier refuse. Seyss-Inquart menace alors de donner sa démission. Schuschnigg appelle à l'aide : l'Angleterre et la France refuse leurs protections à l'Autriche. L'Allemagne exige aussitôt la démission du chancelier... von Schuschnigg démissionne.

Goering ordonne à Seyss-Inquart de se faire nommer chancelier. Les nazis autrichiens reçoivent l'ordre de marcher sur la chancellerie et l'armée autrichienne annonce qu'elle n'opposera pas de résistance. Le président Miklas refuse de céder mais, après un mois de terreur, le référendum donne les pleins pouvoirs aux nazis. L'armée allemande entre en Autriche sans combattre et l'Autriche intégre légalement le Reich allemand.