Le petit André n'ira pas à l'école : son père considère que c'est inutile pour son travail dans la ferme familiale. André Michel, âgé de 17 ans en 1914, s'engage et part au front. Blessé à 2 reprises, il doit se reconvertir et devient électricien. Il décide, seul, de construire un poste de TSF et réussit si bien qu'il se met à son compte. Il vend les récepteurs qu'il fabrique, dans son minuscule atelier du Jura, à Lons-le-Saunier.

1935_le_sous_marin_Andre_MichelPar ailleurs, il se prend de passion pour les sous-marins et décide, en 1935, d'en construire un. De poche et peu coûteux, il veut également qu'il puisse se déplacer sur terre. Alors qu'il n'a jamais été à l'école, André Michel en dessine minutieusement les plans. Puis, l'une après l'autre, il fabrique les pièces. Une fois son véhicule assemblé, il l'amène au bord d'un étang et monte à bord. Le moteur électrique marche et l'engin flotte...

Il traverse sans problème la pièce d'eau à sa surface : première victoire ! Problème : il faut sans arrêt recharger les batteries électriques. Il installe alors un moteur à essence et conçoit un pot d'échappement vertical double, de plusieurs mètres, qui évacue à la fois les gaz d'échappement et alimente en air frais le moteur. L'essai en plongée, qui à lieu en présence de Mr Censelme, sénateur du Jura, est un franc succès.

Plus tard, il est convoqué au ministère de la Marine où un gradé lui explique que son engin n'est d'aucun intérêt pour la France. En 1937, 2 italiens rendent visite à André Michel et lui proposent d'acheter ses plans. Au culot, il en demande une somme colossale. Les italiens paient et emportent les plans. En 1942, les U-Boote allemands, équipés d'un schnorkel inspiré du modèle inventé par André Michel, déciment les bâteaux alliès.