1964_PiloteEn France, les illustrés sont méprisés. René Goscinny, Albert Uderzo et Jean-Michel Charlier se révoltent contre les tarifs indécents payés aux dessinateurs.

Boycottés partout, ils décident de devenir indépendants et fondent ensemble la société Edifrance.

Radio Luxembourg, qui cherche justement une équipe pour lancer un nouveau journal destiné à la jeunesse, fait appel à eux. Le journal reçoit le nom de Pilote...

Le n°1 tire à 300.000 exemplaires et a, en plus, une couverture en couleur. La bande-dessinée vedette y raconte les aventures de pilotes automobiles, tel Michel Vaillant.

Astérix le Gaulois, de Goscinny et Uderzo, fait là sa timide première apparition.

Le journal Pilote devient le concurrent français du journal Vaillant (qui deviendra par la suite Pif Gadget). Pendant ce temps-là, en Belgique, le magazine Spirou poursuit sa route...

André Franquin y fait rouler Spirou et Fantasio au volant de la turbotraction et Le Journal de Tintin suit allègrement la même voie. En France, en 1960, Hara-Kiri  journal bête et méchant (pour adultes) voit le jour. L'année suivante, la très sexy Barbarella, de Jean-Claude Forest, parait dans V Magazine. Le premier album d'Astérix se vend à quelques milliers d'exemplaires.

Bordighera se tient, en 1965, le premier congrès de la Bande-Dessinée. Le 4ème album d'Astérix le Gaulois, dépasse la barre du million d'exemplaires en 1967 et, en 1968, la télévision française ose diffuser 52 épisodes des Shadocks. Roger Vadim adapte Barbarella au cinéma, avec Jane Fonda dans le rôle. Le "professeur Choron" lance Charlie-Mensuel et donne, entre autres, la parole à J-M.Reiser et G.Wolinski.