Le gouvernement du Bhoutan a transformé un tiers de la surface de son pays en parcs nationaux. Le but recherché est de transformer le royaume du Bhoutan en un idyllique petit paradis écologique. Poursuivant sa logique, il interdit totalement la vente de tabac sur l'ensemble de son territoire. Malgré la mondialisation, les dirigeants de cet état bouddhiste entendent fermement maîtriser l'évolution de leur pays...

1988_BhoutanLes tibétains qui se sont réfugiés dans leur royaume sont mis en demeure d'en prendre la nationalité. Ces mêmes dirigeants (de l'éthnie Ngalong) sont radicalement opposés au pluralisme ethnique et culturel. Ils entendent imposer leur mode de vie aux Lhotshampa et aux Sharchops et, dans ce but, rendent obligatoire le port de la drukpa (le costume traditionnel Ngalong) en 1988.

Ils interdisent également d'utiliser et d'enseigner la langue népalaise. Par ailleurs, les quelques bhoutanais qui veulent encore épouser des étrangères peuvent le faire mais le Bhoutan refuse catégoriquement d'accorder la nationalité bhoutanaise à leurs épouses... ainsi qu'aux enfants nés de ces unions.

Un mouvement d'opposition voit le jour parmi les Sharchops et les Lhotshampa. Il est rapidement et sévèrement réprimé par l'armée. Environ 100.000 bhoutanais (soit 10 % de la population du Bhoutan) s'enfuient alors au Népal et en Inde où ils s'entassent dans des camps de réfugiés. Le gouvernement bhoutanais, qui les a officiellement classé comme terroristes, leur interdit tout droit au retour.