1920_Gabriele_De_AnnunzioL'Italie déclare la guerre à l'empire Austro-Hongrois. Gabriele De Annunzio s'engage aussitôt. Il s'illustre rapidement en effectuant de dangereuses missions aériennes.

Au début de 1916, il est blessé à l'oeil droit mais ne se fait pas soigner. La blessure s'aggrave et il devient aveugle. Il supporte mal l'inactivité mais, en septembre, il voit de nouveau d'un oeil.

Nommé capitaine, il reprend son avion et harcèle la flotte autrichienne. En 1918, il bombarde Vienne avec des tracts écrits par lui-même. Rome en fait un héros !

Quand la guerre prend fin, De Annunzio est couvert de 11 médailles (dont la Croix de la Légion d'Honneur française). Il décide de reprendre la ville de Fiume, administrée par un gouvernement franco-anglais. Il prend alors la tête d'une milice de plus de 2000 hommes et marche sur la ville. L'armée régulière italienne refuse de tirer sur le héros... La milice entre dans Fiume.

Benito Mussolini donne son entière approbation à De Annunzio. Les anglais et les français se retirent. L'état italien et les alliés envoient, en 1920, une expédition militaire qui reprend la ville. L'année suivante, De Annunzio ne se joint pas à Mussolini dans sa marche sur Rome mais les 2 hommes restent en excellents termes. De Annunzio s'achète une villa immense qu'il remplit à profusion d'objets de grande valeur.

Sur proposition de Mussolini, le roi Victor-Emmanuel le fait prince de Montenegro en 1924. En 1925, le Duce le nomme général de brigade aérienne... et fait sauter ses nombreuses amendes pour excès de vitesse. En 1938, à 75 ans, il vit toujours avec ses maîtresses quand il est victime d'une hémorragie cérébrale. Il reçoit des funérailles nationales en présence des dignitaires fascistes et son cercueil est inhumé au sommet du Vittoriale.