1973_la_ville_de_Corleone_photo_M_UrsoSalvatore (Toto) Riina commence très jeune sa carrière de mafioso sicilien dans la ville de Corleone.

Comme tous, il subit le rituel et fait couler le sang de son doigt sur une image de la Vierge.

A la suite de quoi, pour cosa nostra, il doit participer à des vols, rackets, trafics de drogues ou enlèvements.

Au fil du temps, il gravit les échelons, puis devient l'unique parrain en faisant assassiner Stefano Bontate, son rival.

Il impose alors ses méthodes ultraviolentes à la mafia, ce qui éloigne de lui des mafiosi (qui se repentent). Le meurtre sanglant des juges Falcone et Bosellino provoque la colère de l'opinion publique. Le pape prend position contre la mafia. Des repentis et le  journal Il Espresso accusent Giulio Andreotti, le chef du gouvernement, et plusieurs députés de la Démocratie Chrétienne (dont Salvo Lima, maire de Palerme) d'être associés à la mafia.

En 1982, le général Dalla Chiesa est assassiné par la mafia. Le repenti Buschetta affirme que c'est parce qu'il avait découvert des secrets de l'affaire Aldo Moro "qui auraient ennuyé Andreotti" : la Démocratie Chrétienne aurait délibérément sacrifié Aldo Moro. Toto Riina est en cavale depuis 20 ans. Bien que responsable ou coupable de plus de 1.000 assassinats, il dirige tranquillement son énorme empire économique.

Cependant, ses protections politiques s'amenuisent. La chute du communisme rend moins "indispensables" les activités de cette mafia viscéralement anticommuniste. Le sanguinaire Toto Riina, surnommé "la bestia", est de plus en plus isolé. Le 15 janvier 1993, il est arrêté et l'opinion publique italienne (qui n'a jamais vu sa photo) découvre alors que celui qui a terrorisé l'Italie toute entière est un petit homme bouffi d'1,60m.