1901_YakuzaMitsuru Toyoma fonde la société secrète Océan noir pour y rassembler les Yakuzas nationalistes japonais. Les politiciens conservateurs et le patronat font alors appel à leurs milices pour attaquer les syndicalistes.

A chaque élection, les Yakuzas soutiennent les candidats les plus conservateurs et font régner la terreur autour des candidats libéraux. Océan noir va même jusqu'à assassiner le ministre Okubo et le député Itagaki.

Grâce au soutien financier de gros propriétaires terriens, Océan noir fonde d'autres sociétés secrètes. Elles pratiquent le culte Shinto, vénèrent l'empereur et sont fortement xénophobes.

Elles considèrent que les japonais forment une race de seigneurs qui dirigera, tôt ou tard, toute l'Asie et s'impliquent à fond contre les bolchévismes russes et chinois. En 1920, les libéraux réussissent à parvenir au pouvoir...

L'empereur finance alors lui-même les milices para-militaires et L'Essence Nationale du Grand Japon , forte de 60.000 membres (et d'élus à la diète de Tokyo) s'allie à l'industrie de l'armement pour entraîner le Japon dans la guerre.

Un gang nommé Yamagushigumi réussit à infiltrer 36 des 40 préfectures nippones. Les milices de Yakuzas prennent aussi le contrôle des trafics portuaires et consolident ainsi leurs empires financiers mafieux.

Quand le Japon attaque les USA, le gouvernement nippon met en prison les chefs Yakuzas car il n'en a plus besoin. Après la deuxième guerre mondiale, les sociétés de Yakuzas se modernisent, abandonnent les anciens rites, s'allient à la mafia américaine à Hawaï et à Honolulu, font du trafic de drogues, du racket et des braquages de banques. A la fin du 20ème siècle, la mafia japonaise devient 20 fois plus importante que la mafia italienne.