1917_affiche_de_recrutement_pour_US_MarineLes Etats-Unis ne supportent plus de voir leurs navires marchands se faire couler par les sous-marins allemands et, de ce fait, leurs intérêts économiques être malmenés en Europe.

Après 3 ans de neutralité, les USA entrent donc en guerre contre l'Allemagne. Comme les banques privées ne veulent plus financer la guerre que mènent l'Angleterre et la France, le Trésor américain décide de leur faire crédit.

La condition est que les sommes prêtées devront être dépensées aux USA. Les Etats-Unis allouent ainsi aux alliés 9.500 millions de dollars à 4,5% d'intérêt.


Il était temps : l'armée française n'avait plus qu'un jour de réserve de nourriture et la population civile urbaine entre 2 à 3 jours.


La France s'empresse d'acheter aux USA 1.500.000 tonnes de céréales et 287.000 tonnes de sucre, mais aussi 1.431.000 tonnes d'acier et 423.000 tonnes d'essence.

Les 35 contre-torpilleurs de la marine américaine viennent renforcer les 100 navires britanniques en opération. En 5 mois, les pertes alliés passent de 665.000 à 285.000 tonnes. Les USA se mettent à fabriquer des navires à tour de bras. Mais, à la suite de l'armistice qu'elle signe avec les bolcheviks russes, l'Allemagne peut ramener ses troupes d'est en ouest. Elle prend ainsi l'avantage numérique et ses victoires l'amènent à 120 km de Paris.

En 1918,  grâce au contingent des 800.000 soldats américains, les effectifs des alliés passent à 4 millions et dépassent les 3.600.000 militaires dont dispose l'Allemagne. Le maréchal Foch déclenche alors une vaste contre-offensive. Le 12 septembre 1918, à Saint-Mihiel, la 1ère armée américaine libère 500 kilomètres carrés de sol français et participe ainsi à la défaite de l'Allemagne, laquelle surviendra 2 mois plus tard.