1986_centrale_electrique_de_Tchernobyl

Le 26 avril 1986, le réacteur 4 de la centrale nucléaire Lénine de Tchernobyl explose. Cinquante tonnes d'une matière hautement radioactive se dispersent dans l'atmosphère. En retombant, elles contaminent la terre et l'environnement pour une durée de 25.000 ans. La télévision et les autorités soviétiques taisent l'accident et laissent les populations (et leurs milliers d'enfants) vaquer autour de Tchernobyl.

Les premiers pompiers qui interviennent ressentent de forts picotements sur la peau et des nausées. Puis ils meurent, rongés de l'intérieur. Le gouvernement envoie alors 1000 pilotes d'hélicoptère qui, à 200 m. d'altitude, larguent 5000 tonnes de sable sur le réacteur, pour étouffer l'incendie, et 800.000 "liquidateurs" pour retirer les matériaux contaminés. Ces volontaires sacrifiés sont officiellement qualifiés de "robots biologiques".

Les autorités finissent par ordonner l'évacuation des 47.000 habitants qui habitent à 3 kilomètres : Pripyat devient ainsi (et définitivement) une ville morte. Puis des bus arrivent et emportent les 300.000 personnes qui vivent dans un rayon de 30 km. Des pelleteuses rasent les maisons, creusent une fosse gigantesque et y enterrent les décombres. Une clôture est élevée autour des 160.000 km2 contaminés qui sont déclarés inhabitables.

En réalité, la zone irradiée couvre un rayon de 100 km de diamètre autour de la centrale nucléaire et concerne 7 millions d'ukrainiens. A celà, il convient d'ajouter le nombre des habitants des pays d'Europe que le nuage radioactif a survolé. Au début du 21ème siècle, le sarcophage de béton posé sur le réacteur 4 (afin d'enfermer la radioactivité) se fissure. Il devient nécessaire de rapidement le recouvrir d'un second sarcophage...