Bénéficiant d'une confortable remise de peine, Adolf Hitler sort de prison et reprend aussitôt son parti en main. Goering a été exilé en Autriche et Rosenberg, bien que membre fondateur, préfère rester inactif. Röhm, au risque de braquer l'armée contre le parti nazi, entend transformer les Sections d'Assaut en une véritable armée parallèle. Furieux, Hitler le chasse du NSDAP et Röhm s'exile en Bolivie.

Il se débarrasse également de Ludendorf en le faisant battre aux élections par Hindenbourg. Les frères Strasser, eux aussi, briguent la tête du parti et proposent de teinter d'un peu de social les "25 points" du programme national-socialiste. Mais, à Weimar, en 1926, les 5.000 adhérents préfèrent choisir Adolf Hitler comme chef suprème du NSDAP.

En 1927, Hitler place Frantz Pfeffer von Salomon à la tête des  jeunesses hitlériennes, des S.A. et des S.S. Hitler organise ensuite le NSDAP en une véritable machine d'état, prête à prendre le pouvoir. Des industriels, tel Fritz Thyssen ou Emile Kirdorf, choisissent Hitler comme rempart contre le bolchévisme et décident de financer le NSDAP. Ils remettent, en main propres, de fortes sommes à Hitler.

En 1928, le Parti National du Peuple Allemand se rallie au NSDAP de Hitler. Dans les rues, les démonstrations de force se multiplient. L'année suivante, le NSDAP compte 176.000 adhérents. En 1931, le parti de Hitler dépasse désormais le million de membres...