L'américain General Motors, N°1 mondial de l'automobile, s'empare de la totalité de la firme allemande Opel en 1929. L'état-major de l'Allemagne nazi, en 1935, lui demande de réaliser un modèle de camion blindé qui résiste aux attaques des avions ennemis. Opel (General Motors donc) conçoit alors, en 1938, le "Blitz" et en produit une grande quantité. Le "Blitz" équipe aussitôt l'armée allemande.

En remerciement, Adolf Hitler décore lui-même le directeur général de General Motors de "l'aigle de première classe" tandis que l'américain Ford, N°2 mondial de l'automobile, ouvre une usine de matériel de transport de troupes pour la Wehrmacht. En 1939, Hitler attaque la Pologne. Alfred Sloan, président de la GM, affirme aux actionnaires que la firme ne sera pas gênée par ces minables querelles internationales.

1944_Messerschmitt_262

 

 

 

 

 

 

 

 

Les usines GM de Rüsselsheim produisent 50% des moteurs du bombardier Junker 88. A eux 2, General Motors et Ford produisent 70% des camions de l'armée allemande et 80% de ses half-tracks. En 1944, les USA sont en guerre contre l'Allemagne : General Motors fabrique, aux USA, des avions pour l'armée américaine et, en Allemagne, les moteurs du Messerschmitt ME 262, le premier et seul avion à réaction du monde.

A la fin de la guerre, Ford et General Motors réclament aux USA des dédommagements pour compenser les dégats causés par les bombardements alliés sur leurs usines allemandes, polonaises, chinoises et japonaises. La justice, en 1967, décide d'indemniser Ford de 1 million de dollars pour son usine allemande et General Motors de 33 millions de dollars pour l'ensemble de ses unités de production endommagées.