1985_Francois_MitterrandEn avril, Pierre Joxe, ministre de François Mitterrand, présente un projet de loi électorale applicable dés les législatives de 1986.

Le système majoritaire à 2 tours y est remplacé par un scrutin départemental, à la proportionnelle et en un seul tour. Les listes qui obtiendront plus de 5% des suffrages se partageront les sièges de députés, dont le nombre augmente et passe à 571.

Un sondage révèle que 56% des électeurs sont hostiles à cette modification électorale. Michel Rocard, ministre de l'agriculture, également opposé à ce projet de loi, remet sa démission au président François Mitterrand.

La moitié des adhérents du Parti Socialiste et une grande majorité de ceux du Parti Communiste Français sont opposés à cette modification du mode de scrutin.

Par l'introduction de l'élection à la proportionnelle, le Front National de Jean-Marie Le Pen devrait  faire son entrée au Parlement National et, selon ses résultats, devrait y obtenir un groupe. François Mitterrand espère que la droite, divisée en 2 blocs parlementaires, en sera affaiblie. Cela freinerait l'ascension électorale de Jacques Chirac et, donc, renforcerait la majorité présidentielle.

Trois mois plus tard, les députés de la majorité suivent François Mitterrand et approuvent en seconde lecture cette réforme électorale. Au printemps 1986, les députés et conseillers régionaux seront donc élus à la proportionnelle départementale...