Pourchassés par les forces de l'ordre, les indépendantistes de la secte des sikhs se réfugient dans le sanctuaire de leur religion, le temple d'or d'Amritsar. Ils sont persuadés que le gouvernement n'osera pas commettre le sacrilège de faire entrer des militaires dans ce lieu sacré. Ils se trompent : le 1er ministre Indira Gandhi donne l'ordre à l'armée de les en déloger.

Le coup de force se solde par 248 morts parmi les sikhs et une cinquantaine dans les rangs des militaires indiens. Le temple est entièrement vidé de la présence des indépendantistes rebelles. Indira Gandhi, qui a fait preuve de la plus extrème fermeté dans la gestion de cette crise, a aussi pris le risque de braquer l'ensemble de la communauté sikhs contre le gouvernement et contre elle-même...