Palais_du_S_natPlusieurs sénateurs veulent expliquer pourquoi ils vont voter contre la loi. Tour à tour donc, Gustave Denis, messieurs de Goulaine et de Lamazelle, les généraux de Saint-Germain, Billet et Mercier, prennent la parole...

Ils disent tous combien ils sont hostiles à cette loi qu'ils considèrent comme étant nuisible à la France et, en outre, à son budget.

Monsieur de Fressinet, président de la Commission de l'armée, prend ensuite la parole. Il annonce qu'il votera la loi, rappelle comment elle a été étudiée avec soin par la commission qu'il préside et affirme qu'elle mettra fin à une agitation qui perturbe continuellement le pays. Il ajoute aussi qu'elle supprimera l'inégalité du service.

Malgré les protestations du comte de Treveneuc, monsieur Peytral, président de séance, met immédiatement aux voix l'ensemble de la loi : 220 sénateurs votent pour et 45 votent contre. Les 102 articles sont donc acceptés en première lecture et la loi est définitivement adoptée (en ce qui concerne le Sénat).

Le service militaire de 3 ans, par tirage au sort (dont sont exemptés ceux qui ont les moyens de payer), sera remplacé par un service de conscription. Il sera obligatoire pour tous les hommes, sans exception, et durera 2 ans. Le texte sera ensuite transmis à la chambre des députés. Bien que ces derniers paraîssent être largement favorables à cette loi, elle ne sera pourtant votée qu'en 1905.