Au mois d'août 1940, Adolf Hitler exige de son état-major un plan d'attaque de l'URSS. Le 1er septembre, le général Heusinger termine la note 1979/40, dans laquelle il détaille comment déployer les forces allemandes à l'est. Le 5 décembre, ce plan est soumit au fuhrer sous le nom d'opération Barberousse. Hitler l'approuve et ordonne que les préparatifs soient achevés avant le 15 mai 1941.

Himmler et ses S.S. auront pour mission de liquider 30 millions de slaves. Les russes survivants deviendront des esclaves et ne devront pas se reproduire. Le 13 juin 1941, Heusinger informe Adolf Hitler que les 94 divisions allemandes sont prêtes pour une guerre éclair. Hitler et Heusinger conviennent que le plan repose sur un recours massif à la violence contre les populations soviétiques.

1941-soldat allemand sur le front russe

Le 22 juin 1941, l'armée allemande passe massivement à l'attaque. 

Adolf Heusinger ordonne le massacre des prisonniers de guerre, la destruction systématique des villes et villages et l'élimination des populations, femmes, enfants et vieillards compris.

Il prend personnellement en charge la lutte contre les partisans et établit des mesures de terreur.

La mort d'un soldat allemand devra coûter la vie à 100 "communistes".

L'avance de l'armée allemande est tellement foudroyante qu'elle laisse derrière elle des groupes entiers de soldats de l'Armée rouge. Equipés d'armes automatiques, de blindés et parfois même d'avions, ils restent en contact avec leur état-major et combattent la Wehrmacht à revers. Un rapport de l'armée allemande, daté de janvier 1943, annonce ainsi qu'elle a tué 100000 "partisans" et "déserteurs rouges".