Alors que le Tibet fait partie de la Chine (puis de la Mandchourie) depuis le 14ème siècle, Thubten Gyatso, 13ème Dalaï-lama, revient brusquement à Lhassa et réaffirme l'indépendance de son pays, déclarée un an plus tôt. Thubten Gyatso veut instaurer son pouvoir, spirituel et temporel, sur le "grand Tibet" (lequel inclut le Yunnan et le Sichuan, soit le quart de tout le territoire chinois).

1913_Tibet


Le 13ème Dalaï-lama choisit de faire sa déclaration d'indépendance au moment où la Chine du gouvernement républicain du Guomindang est militairement occupée par les britanniques.

L'indépendance du Tibet sert régulièrement aux puissances colonisatrices comme moyen d'affaiblissement de la Chine : ainsi, alors que le Japon commence à envahir la Chine, l'Allemagne nazi envoie des troupes de soutien au Tibet.

Le S.S. Henrich Harrer y devient même le précepteur du Dalaï-lama. La théocratie que veut restaurer le Dalaï-lama comprend un système de caste, le servage, l'interdiction de l'homosexualité, la peine de mort et la torture. En 1959, les USA financent la révolte des moines tibétains contre le régime communiste chinois, puis celui du gouvernement provisoire tibétain, en exil en Inde.