1917_debarquement_des_soldats_americains_en_FrancePendant la guerre, les USA  se contentent de prêter de l'argent aux alliés et de leur vendre de la nourriture.

Mais, à bout de souffle, les anglais et les français pressent les américains d'envoyer des troupes en Europe.

Le problème pour les Etats-Unis est que leur armée permanente compte à peine 300.000 soldats.

Aussi, en mai, le Congrés US vote la conscription et le mois suivant 4.800.000 hommes sont prêts à endosser l'uniforme.

Tandis qu'un premier million de soldats s'entraine aux USA, l'armée permanente réalise qu'elle ne possède que 200 mitrailleuses et 600 canons légers. Or, pour l'heure, l'industrie américaine est incapable de lui fournir de l'artillerie lourde, des chars ou des avions. La France fournit donc 3000 canons aux USA. Autre problème : les sous-marins allemands continuent de couler les navires marchands qui traversent l'Atlantique...

Les Etats-Unis organisent alors des convois de bateaux, fortement escortés par des navires de guerre. L'armée américaine traverse ainsi l'océan et ne subit que très peu de perte... La France a perdu 2.600.000 soldats sur le front. Il lui en reste environ 1.200.000, auxquels s'ajoutent les 60 divisions anglaises. En faisant revenir ses 40 divisions, libérées du front russe, l'Allemagne pensait reprendre l'avantage numérique.

Sous les ordres du général Pershing, les soldats américains débarquent à Saint-Nazaire, Nantes et Bordeaux. Ils rejoignent ensuite le front de Lorraine en train. Entre Reims et Soissons, en septembre 1918, ils capturent 16.000 soldats allemands et 443 canons. Grâce à leurs renforts opportuns, les alliés brisent partout les lignes allemandes. La victoire n'est désormais plus qu'une question de semaines !