1984-Bhopal continueDepuis sa création il y a 7 ans, c'est désormais le 3ème accident mortel que cette usine de pesticides de la société américaine Union Carbide provoque.

Cette fois, un gaz mortel se met à fuir en plein milieu de la nuit. Alors que les habitants de Bhopal dorment profondément, un quart d'entre eux inhale pendant 1 heure l'isocyanate de méthyl de l'usine Union Carbide.

L'alerte est enfin donnée. Des milliers de cadavres gisent dans leurs maisons et des dizaines de milliers de blessés sont amenés dans les rares hopitaux de Bhopal, lesquels sont incapables de faire face à ce brusque afflux.

D'autres victimes, rendus aveugles par le gaz, errent désespérément dans la ville tandis que l'isocyanate de méthyl continue de s'échapper de l'usine pendant une heure encore.

Les autorités indiennes découvrent par la suite qu'aucun des 6 responsables de l'usine Union Carbide de Bhopal, malgré les accidents précédents, n'a jamais pris de mesures sérieuses de sécurité. Ils sont alors accusés de négligence criminelle. L'ensemble de la direction est ensuite arrêté et l'usine définitivement fermée. Une enquête est  aussitôt déclenchée par le gouvernement indien.


Cette catastrophe  provoque rapidement une immense vague d'indignation dans le monde. Warren Anderson, dirigeant d'Union Carbide, prend la fuite et échappe ainsi à son procés. Union Carbide est rachetée en 2001 mais ni le repreneur ni l'état indien n'entendent décontaminer la ville de Bhopal. Chaque mois, des enfants y naissent difformes et des dizaines d'habitants continuent d'y mourir.