1953-Reza Chah PahlaviEn 1941, les armées britanniques et soviétiques forcent le roi Réza Chah Pahlavi (pro-nazi) à abdiquer. Les nationalistes du Front National et le Parti Communiste Iranien forment alors un gouvernement qui obtient ensuite le départ des troupes étrangères.

En 1953, le 1er ministre Mossadegh décide de nationaliser le pétrole iranien. La CIA américaine et le MI5 anglais décident d'intervenir. Ils déclenchent un coup d'état et remettent le shah sur le trône.

Ce dernier fait régner la  terreur pendant 10 ans puis, en 1963, lance une réforme. Il accorde le droit de vote aux femmes, interdit le port du voile, confisque les terres du clergé chiite et exile l'ayatollah Khomeiny.

En 1977, l'Iran connaît une grave crise économique. Tandis qu'une grève générale illimitée paralyse le pays pendant 5 mois, le clergé chiite, en 1978, s'allie alors à la bourgeoisie et à une partie de l'armée. Les comités de grève acceptent l'aide financière que leur propose l'ayatollah Taleghani. Il verse l'équivalent de 5 mois de salaires aux grévistes mais, en contrepartie, impose la présence d'un islamiste dans toutes les réunions des comités ouvriers. Petit à petit, les mollahs entraînent les grévistes dans une lutte contre la culture occidentale.

Les religieux font alors descendre plus d'un million de personnes dans les rues de Téhéran et font massacrer les laïcs. En février 1979, Khomeiny revient, prend le pouvoir et remplace les comités de quartier par des conseils islamistes. Les journaux et les télévisions sont interdits, le tchador obligatoire. Les syndicalistes et les opposants sont massivement arrêtés et 20.000 d'entre eux sont assassinés.