Pour le seul mois d'août, l'inflation au Chili est de 1000 % et les caisses du pays sont absolument vides. Le blocus des multinationales américaines paralysent l'économie et celui des patrons de camionneurs chiliens provoquent de grosses difficultés d'approvisionnement. La nourriture commençant à manquer, 400.000 chiliennes en colère se rassemblent pour manifester.

1973-bombardement du palais presidentiel chilienElles défilent en tapant sur des casseroles vides, scandent "Allende démission !" et reprochent au président du Chili d'être incapable de tenir ses promesses.

Démocratiquement élu 3 ans auparavant, le régime socialo-marxiste de Salvador Allende est aujourd'hui électoralement en difficulté.

Des généraux affirment qu'en se maintenant, le gouvernement crée le chaos...

Le 11 septembre à l'aube, jugeant qu'il est désormais illégitime, une force armée s'approche du palais présidentiel pour s'emparer de Salvador Allende. Ce coup d'état a été minutieusement préparé, grâce à l'aide de conseillers américains. L'armée s'empare très vite de Santiago, la capitale, et l'aviation bombarde le palais gouvernemental que l'armée de terre encercle.

Puis, l'assaut est donné et les militaires découvrent alors le cadavre d'Allende : le président du Chili vient de se suicider avec une arme que Fidel Castro lui avait offert. Sous la direction d'Augusto Pinochet, une junte militaire s'approprie la direction du pays et exerce aussitôt une féroce et meurtrière répression politique à l'encontre des syndicalistes et des politiciens de gauche.