1989-Chiapas-Canon del SumideiroDepuis 1982, Absalon Castellanos, gouverneur de la province mexicaine du Chiapas, réprime durement les mouvements sociaux des indiens.

Son successeur, Patrocinio Gonzalez Garrido, utilise en 1989 la loi interdisant l'abattage des arbres pour faire emprisonner des indiens et... pour leur voler leur bois.


Ils protestent et organisent une marche pacifique sur Mexico. La marche est interdite et violemment réprimée.


En 1992, à l'occasion de l'anniversaire de la découverte de l'Amérique, le gouvernement mexicain redoute un soulèvement des indiens du Chiapas. Mais, étrangement, ces derniers se contentent de manifester et de détruire la statue du conquistador Diego de Nazariegos.

L'année suivante, des incidents éclatent à San Isidro El Ocotal : les indiens, qui ont acheté clandestinement des armes au Guatémala, tuent 2 officiers de l'armée mexicaine. L'armée se déploie alors dans la province. A sa grande stupéfaction, elle découvre plusieurs camps de rebelles, tous très bien organisés et armés. Quelques mois plus tard, en guise de réponse, les indiens rebelles du sous-commandant Marcos attaquent une caserne de l'armée.

Le nouveau gouverneur du Chiapas, Elmar Setzer Marseille, fait en sorte que cette guerre civile ne s'ébruite pas en dehors de la province... sa préoccupation première est d'éviter qu'elle ne nuise à l'ALENA (Accord de Libre-Échange Nord Américain) qui doit être conjointement signé par les USA, le Canada et le Mexique.