1932-congres de la FAUDLes anarcho-syndicalistes de la FAUD (Freie Arbeiter Union Deutchland) cherchent à provoquer parmi la population allemande un mouvement de rejet des nazis.

Leurs appels auprès des ouvriers pour qu'ils se mettent en grève restent sans effet...

La FAUD ne compte que 7000 membres.

Ils se tournent alors vers les grandes organisations syndicales proches du SPD (sociaux démocrates allemands). Mais celles-ci, excluant la grève générale de leurs habitudes, se contentent d'une très prudente politique du "moindre mal" et éconduisent sèchement les anarcho-syndicalistes.

Par ailleurs, la FAUD s'interdit toute alliance avec le KPD (parti communiste allemand) qu'elle accuse de vouloir préparer un coup d'état politique. De toutes façons, les communistes se refusent à tout contact avec les anarchistes. Par ailleurs, le KPD fait échouer une alliance naissante entre les trotskistes et les anarchistes. Les 7000 anarcho-syndicalistes restent donc seuls quand, dés 1931, s'intensifie la répression.

Der Syndikalist, leur hebdomadaire, est interdit de parution et les locaux du journal subissent plusieurs perquisitions de la police. En 1932, le congrès de la FAUD hésite à entrer dans la clandestinité...

Hitler devient chancelier le 30 janvier 1933 et, 5 jours plus tard, la liberté de la presse et la liberté de réunion sont supprimée. Tous les bâtiments abritant des syndicats et des partis politiques sont détruits. Les S.A. et les S.S. arrêtent indistinctement les membres des syndicats, du SPD, du KPD et de la FAUD qui sont aussitôt expédiés vers le camp de concentration de Buchenwald.