1941-Louis EschenauerLa société bordelaise de négoce de vins de Louis Eschenauer entretient depuis longtemps des liens commerciaux avec la maison Böhmers, de Brême, en Allemagne.

Heinz Böhmers se rend souvent à Bordeaux où il achète les grands crus de Louis Eschenauer pour le compte de la société Henkel. En 1940, la société Henkel est reprise par Joachim von Ribbentrop, ministre des affaires étrangères de Hitler.

Ribbentrop charge Heinz Böhmers de s'emparer des grands crus du bordelais. Le commandant Böhmers reprend alors contact avec Louis Eschenauer et lui annonce que l'Allemagne veut réquisitionner les vins de Bordeaux.

Plutôt que d'être ruinée, Eschenauer et la grande bourgeoisie du vin annoncent à  Böhmers qu'ils sont prêts à un arrangement. Les cours des grands crus se mettent aussitôt à flamber...

L'Allemagne achète en grande quantité et paye sans négocier. Puis, en novembre, Böhmers et Eschenauer crée ensemble la société des Grands Vins de France (GVF), laquelle se spécialise dans le rachat à bas prix de domaines viticoles appartenant à des familles juives, après que ces propriétés aient été confisquées par le gouvernement de Pétain dans le but de les "aryaniser".

En 1945, le Comité de confiscation des profits illicites de la France libérée taxe les dirigeants français qui se sont enrichis avec les nazis : l'amende de GVF dépasse les 62 millions de francs et celle de la SARL Louis Eschenauer est de 43 millions. Celle du négociant Marcel Borderie bat le record avec plus de 1016 millions, alors que la famille Cruse et la famille Descas ne doivent chacune "que" 10 millions.