1941-Bordeaux occupeeRoger Cruse, issu d'une famille de négociants en vins, écrit en 1928 un livre nommé Hypertrophie de l'Etat. Dans cet ouvrage, il dit combien il déteste la démocratie et combien il lui préfère l'oligarchie, voire la monarchie.

En 1940, il adhère évidemment à l'idéologie de Révolution Nationale. C'est pourquoi, en juillet 1941, le maréchal Pétain le nomme pour seconder Adrien Marquet, maire collaborationniste de Bordeaux.

La nomination de Roger Cruse s'ajoute à celles d'autres notables, tous fidèles à la doctrine du gouvernement de Vichy. L'objectif de Pétain est d'augmenter le nombre de conseillers de la droite ultra conservatrice dans la municipalité de Bordeaux.

Ainsi, il nomme également le colonel Dufourg (dirigeant départemental de l'Action Française) et Lucien Doriot (trésorier de la Chambre de Commerce).

L'épouse du sénateur Georges Portmann et le docteur Cantorné (président de l'Association des Amis du Maréchal) font également partie du conseil municipal d'Adrien Marquet. En 1949, Roger Cruse publie Le conflit entre l'égalité et la liberté. Dans ce second livre, il écrit...

"Une véritable lèpre s'est étendue sur les nations démocratiques. La France en a été la première atteinte dans les temps modernes mais elle a été suivie par les scandinaves, les anglo-saxons et même les germaniques. Le redressement, probablement passager, opéré en Allemagne sous l'influence de la mystique hitlérienne et de certaines lois, d'ailleurs insuffisantes, ne doit pas faire illusion...".