1944-capitaine Philippe KiefferLe banquier Philippe Kieffer  rejoint le général de Gaulle à Londres dés juin 1940. Sous le grade de lieutenant, Kieffer commence alors à recruter des français pour former une unité de bérets verts des forces spéciales.


Il parvient ainsi a rassembler 177 commandos français et, le 6 juin 1944, l'armée anglaise leur laisse le privilège de débarquer les premiers sur le sol de France.


Le quart d'entre eux meurt dés le premier jour.

Parmi ces 177 soldats se trouvent le matelot Marcel Labas, le polonais naturalisé français Rhachmil Dorfsman, le breton Gwenn-Aël Bolloré, le cameraman Norman Clague, le docteur Robert Lion, l'aumonier militaire René Paulin de Naurois, l'algérien Ouassini Bouarfa et le jeune René Rossey qui est venu de Tunisie et n'a même pas 16 ans.

Le commando de Kieffer parvient ensuite à s'emparer du casino de Ouistreham, avant de devoir se replier devant la contre-attaque d'une unité de blindés des S.S. Puis, les bérets verts français prennent Beuzeville. De Gaulle se rend alors, le 15 juin, dans Bayeux libéré et les hommes de Kieffer espèrent sa visite... Mais le général de Gaulle les ignore. Le 25 août, il part pour Paris et défile sur les Champs-Elysées.

Les bérets verts de Kieffer, qui ont été envoyés combattre les allemands en Hollande, sont déçus et se sentent oubliés par De Gaulle. Plus tard, en novembre 1962, le général de Gaulle ne daigne même pas venir à l'enterrement du capitaine Philippe Kieffer. La semaine suivante cependant, il se rend à celui du président René Coty, bien que ce dernier ait voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en juin 1940.

Les rares survivants du commando Kieffer ne recevront la Légion d'honneur qu'en 2004.