Aux USA, à la fin du 19ème siècle, l'allemand Emil Berliner dépose le brevet d'un gramophone capable de lire un disque de zinc couvert de cire d'abeille. Gravé sur une seule face, l'enregistrement dure 1 minute. Le gramophone devient ensuite électrique : Emil Berliner fonde la Deutsche Grammophon Gesellschaft et ouvre alors, à Hanovre, en Allemagne, la toute première usine de fabrication de disques.

1947-tourne disquesEn 1904, la société Odéon se met à fabriquer des disques enregistrés sur les 2 faces.

Puis, en 1912, les fabricants s'entendent sur le standard des disques : ils auront un diamètre de 30 centimètres et tourneront à 78 tours/minute.

Les firmes Colombia et Victor améliorent ensuite la qualité sonore de leurs disques en les  gravant électriquement à partir de 1925.

C'est alors, en 1947, que la firme CBS bouleverse tout en inventant le disque microsillon longue durée...

Commercialisé le 21 juin 1948, il tourne à 33 tours par minute et permet d'écouter 20 minutes de musique par face. Cependant, pour pouvoir l'écouter, il faut acheter un nouveau tourne-disque muni d'une pointe-saphir. La société RCA Victor contre-attaque alors en fabriquant un petit microsillon qui, lui, tourne à 45 tours par minute et offre un enregistrement de 6 minutes par face.

Colombia, CBS et RCA Victor finissent par se mettre d'accord pour produire les 2 formats, le 45 et le 33 tours/minute. Bien que les fabricants de tourne-disques aient créé des appareils capable de lire les différents types de disques, les acheteurs délaissent petit à petit le 78 tours/minute. Le marché du disque entre cependant dans son âge d'or grâce à la multiplication des genres musicaux...