1961-le mur de BerlinEn 1948, ses vainqueurs ont divisé l'Allemagne en 4 zones : américaine, soviétique, britannique et française. La ville de Berlin comprend elle aussi 4 secteurs mais les berlinois peuvent y circuler librement. En juin, les alliés occidentaux décident de rétablir le Mark allemand dans leurs zones, y compris à Berlin. Les soviétiques les accusent aussitôt de vouloir créer une enclave capitaliste à l'est, dans leur secteur.

Ils décrètent le blocus de la ville. Le général américain Clay organise alors un pont aérien qui ravitaille l'ouest de la ville jusqu'en mai 1949. La libre circulation dans Berlin permet aux allemands de l'est de passer à l'ouest. En 1961, 3,5 millions d'allemands de l'est sont partis et les soviétiques s'en inquiètent. Walter Ulbricht, dirigeant de la RDA, demande que Berlin-ouest soit totalement isolée. Nikita Khrouchtchev hésite.

Ulbricht et les dirigeants de l'Allemagne communiste ont, en secret et depuis longtemps, préparé l'installation d'une frontière infranchissable. En juillet, les soviétiques acceptent enfin et Ulbricht charge aussitôt Erich Honecker d'installer un "mur de protection antifasciste". Sa mise en place se fait dans la nuit du dimanche 13 aôut : à leur réveil, les berlinois découvrent que 43 km de fils barbelés entourent Berlin-ouest.

Dans les semaines qui suivent, un mur en dur remplace les barbelés, 13 stations de métro sont condamnées et 69 points de passage sont murés. Les dirigeants occidentaux sont en vacances et ne réagissent pas. Dix jours plus tard, John Kennedy se dit simplement satisfait que les troupes occidentales restent à Berlin et assurent le ravitaillement de la partie encerclée. Les allemands de l'est, quant à eux, sont désormais coincés.