Lycee Jacques DecourA Paris, dans le quartier de la butte Montmartre, 2 des élèves du lycée Rollin bravent l'interdit des occupants allemands... le 11 novembre 1940, ils vont se recueillir sur la tombe du Soldat inconnu, à l'Arc de Triomphe : Jean Gay et Jacques Frantz, militants de la Jeunesse Etudiante Chrétienne, veulent ainsi affirmer leur patriotisme. Michel Schilton, lui, a choisi de l'exprimer en portant l'uniforme des bataillons pétainistes de Doriot...

Il arbore fièrement sa franscisque dans les couloirs du lycée ! Pierre Lorch, quant à lui, porte l'étoile jaune que sa mère a dû acheter aux autorités. Les professeurs ont dû fournir des attestations prouvant qu'ils sont aryens... Quatre d'entre eux, juifs, ont été aussitôt exclus du lycée. Les élèves Revel et Martin se sont engagés dans la Milice : vêtus de chemises noires, ils se saluent chaque matin dans la cour du lycée.

En 1942, Tony Blancourt tire sur des soldats allemands dans le métro... Il est arrêté et fusillé le 9 mars. Vingt-sept élèves juifs du lycée Rollin sont, eux, déportés à Auschwitz. Charles Schonhäar, un jeune militant communiste du lycée, pose une bombe dans une exposition contre le bolchévisme : il est fusillé le 17 avril. Jacques Decour est professeur au lycée Rollin et résistant. Il est abattu par les allemands en mai.

Le 24 août 1944, l'élève Jean Gay est à son tour fusillé pour faits de résistance. Son camarade Jacques Frantz, lui, s'engage dans la Waffen-S.S. et part défendre Berlin contre les soviétiques. Sur les 27 élèves juifs du lycée Rollin qui ont été déportés en Allemagne aucun n'est revenu. Le nom du lycée Rollin a été changé après la guerre : il porte désormais celui du professeur Jacques Decour.