Marion Michael Morrison grandit dans un petit ranch de Californie qu'il quitte pour aller étudier à l'université. Puis, il suit des cours d'art dramatique et entre dans la Fox comme machiniste de cinéma. En 1930, le réalisateur Raoul Walsh le fait jouer dans le western La piste des géants, un film qui passe totalement inaperçu. La crise ravage ensuite les USA et Morrison ne trouve plus que des petits rôles dans des films totalement insignifiants.

1956-La Prisonniere du desertIl fait la connaissance du grand cascadeur Yakima Canutt, lequel (bien que Morrison déteste les chevaux) lui apprend à monter à cheval, à faire des cascades et à ressembler à un vrai cow-boy.

John Ford le fait alors jouer dans La Chevauchée fantastique en 1939. Dans ce chef-d'oeuvre, le jeu et la façon de se mouvoir en souplesse de Morrison crève l'écran. Il quitte alors l'incognito et prend comme nom d'acteur John Wayne.

En 1948, les films La Rivière rouge et Le Massacre de Fort Apache le transforme en grand nom du cinéma. Il tient très souvent à l'écran le rôle de défenseur (par la violence) des valeurs américaines.

Profondément anticommuniste dans le privé, il aide activement, au début des années 1950, à chasser du cinéma américain tous les acteurs suspectés d'être communistes.

John Wayne prend donc la direction de la très maccarthyste Motion Picture Alliance for the Preservation of American Ideals. En 1956, il joue dans La Prisonnière du désert et, en 1959, dans Rio Bravo. Puis il passe derrière la caméra et, en 1968, tourne son second film, Les Bérets verts, où il exprime librement ses idées d'extrême-droite. Puis, avant de se retirer définitivement, il jouera son dernier rôle en 1976 dans... Le Dernier des Géants.