Lee Iacocca étudie la mécanique et l'économie à l'université de Leehigh, en Pensylvanie. Il entre ensuite dans celle de Princeton et, en 1946, est embauché par Ford. Il intègre d'abord l'usine de River Rouge et s'illustre comme un commercial brillant. Puis, sa carrière fait un bond fulgurant : il est nommé au siège de Detroit et, à 36 ans,  intègre la direction générale. Lee Iacocca mise alors sur la clientèle des jeunes américains et veut à tout prix que Ford fasse des voitures sportives...

1993-Lee IacoccaEn 1961, il gagne son pari : 418.882 jeunes américains se sont arrachés les premières Ford Mustang ! Cette belle réussite permet à Iacocca de devenir 4 ans plus tard responsable de Ford et de Lincoln-Mercury.

Puis, en 1970, il devient président de Ford Motor Company et dirige ses 432.000 salariés. Henry Ford prend alors ombrage de son succès et, en 1978, le licencie brusquement.

Le brillant Lee Iacocca remplace alors John Riccardo à la présidence de Chrysler. L'entreprise est en très mauvaise santé et Iacocca licencie rapidement 33 des 35 vice-présidents. Puis il fait quitter Ford à Gérald Greenwald et à Bob Lutz, lesquels intègrent la direction de Chrisler.

Mais, en 1979, du fait de la crise pétrolière, la clientèle n'achète plus de grosses voitures. Les ventes de Chrysler s'effondrent : la firme licencie plus de 15.000 salariés, vend ses terrains, ainsi que ses filiales à l'étranger.

Ford refuse catégoriquement de fusionner avec Chrysler... Pour éviter la faillite, Iacocca se tourne alors vers le lobby italo-américain. Ce dernier lui permet d'obtenir un prêt de 1,2 milliard de $ auprès du Congrés. Lee Iacocca met son salaire à 1$ par an et réduit ceux des cadres de 10%. En 1980, les succès de la Reliant et de la Dodge améliore tellement la santé de l'entreprise qu'elle peut rembourser l'emprunt qu'elle à contracté auprès des USA en 3 ans au lieu de 10...