1973-Georges PompidouEn 1954, Georges Pompidou est le discret homme de confiance de Charles de Gaulle. Mais le peuple français se détourne désormais du général de Gaulle : Pompidou envisage alors de le quitter pour entrer dans une entreprise privée.

Or René Fillon, qui est le trésorier du Rassemblement Pour la France (RPF), le parti de Charles de Gaulle, est également fondé de pouvoir de la banque Rothschild. René Fillon organise une entrevue entre Guy de Rothschild et Georges Pompidou...

Elle se solde par l'embauche de Pompidou dans l'équipe de direction de la banque. Il y gère le personnel de la banque et s'occupe des relations publiques, lui faisant ainsi profiter de son riche carnet d'adresses artistiques, médiatiques et politiques.

Puis, en 1958, Charles de Gaulle revient et s'installe à la tête de l'état français. De Gaulle demande alors à Pompidou de revenir à ses côtés comme directeur de cabinet. Pompidou accepte.

Cependant, il continue de percevoir chaque mois le salaire que lui verse généreusement la banque Rothschild, et ce jusqu'en 1962. Après la mort de Charles de Gaulle, Georges Pompidou est élu président de la République.


En 1973, le président Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing, son ministre des finances, font voter une loi bancaire. Cette loi modifie les statuts de la banque de France de façon telle que, désormais, l'état est dans l'impossibilité de fabriquer de la monnaie pour régler ce qu'elle doit : en effet, pour payer ses créanciers, elle a maintenant l'obligation d'emprunter auprès des banques privées d'affaires, dont la banque Rothschild fait partie.