2000-Olusegun ObasanjoL'élection présidentielle de juin 1993 porte l'homme d'affaires Yorouba Moshood Abiola à la tête du Nigéria. Mais la junte militaire qui tient le pays annule son élection et, sur ordre du général Abacha, le fait jeter en prison.

En octobre 1995, le général Abacha promet la mise en place prochaine d'un processus de remise du pouvoir aux civils. Abacha meurt en juin 1998. Le mois suivant, le président Moshood Abiola décède dans sa cellule.

Le successeur d'Abacha, le général Abdulsalam Abubakar, met alors en place une série de scrutins : en décembre 1999, les nigérians élisent leurs Maires, en janvier 2000 ont lieu les élections régionales et, le 20 février, se déroulent les législatives.

Le Parti Démocratique du Peuple (PDP) remporte toutes ces élections et obtient même la majorité absolue à l'Assemblée. La semaine suivante le Nigéria vote pour élire son président...


Olusegun Abasanjo (du PDP) est élu président du Nigéria avec 63% des suffrages. Les observateurs internationaux pensent que des irrégularités importantes ont entaché ce scrutin et Olu Falae, le second candidat, suspecte qu'une partie de l'état-major a financé la campagne d'Olusegun Abasanjo.


Le transfert du pouvoir des militaires vers les mains des civils est prévu pour le 29 mai. Les militaires y mettent toutefois une condition : le président Olusegun Abasanjo devra s'engager à respecter à la lettre la constitution qu'ils ont rédigé pour lui.