1997-le tresor de VilniusL'URSS, qui occupe alors la Lituanie, décide de restaurer la cathédrale de Vilnius pour la transformer en Musée des Arts décoratifs.


Au cours des travaux, Romualdas Budrys (directeur du Musée), Napalys Kitkauskas (archéologue), Juozas Stasiulaitis (inspecteur des monuments) et Stasys Cipkus découvrent une crypte dans laquelle se trouve 270 objets de culte, en or ou en argent, et sertis de pierres précieuses.


Ils se contentent d'enregistrer les objets sur les listes des biens du Musée et les enferment dans la chambre forte. En janvier 1991, les forces spéciales de l'armée soviétique lancent un assaut contre des indépendantistes réfugiés dans les locaux de la télévision lituanienne et tuent 14 personnes. Par prudence, les bijoux sont aussitôt transférés de la chambre forte vers une cachette secrète. Dans les mois qui suivent, la Lituanie devient indépendante.

Ceux qui partagent le secret de l'existence de ce fabuleux trésor décident alors de garder le secret, autant par crainte d'un retour de l'occupant russe que par crainte de l'importante criminalité qui règne dans le pays. Au bout de 12 ans de silence, ils révèlent finalement l'existence des 270 pièces aux dirigeants lituaniens et le Premier ministre Gediminas Vagnorius est invité, le 4 juillet 1997, à découvrir ce trésor dans le palais de Khotkavicius.

Par la suite, le peuple lituanien pourra l'admirer dans un endroit sécurisé par une équipe de protection rapproché et par un système d'alarme des plus sophistiqués. Devenu élément du patrimoine national lituanien, le trésor trouvera ensuite sa place dans un musée. Par la voix de l'archevèque Steponavicius, le clergé donne son plein accord, et ce d'autant plus que l'église lituanienne n'est pas en mesure d'en assurer la sécurité.