Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, un débat divise l'équipe du président américain Georges W. Bush : 2 réactions différentes sont envisagés et le gouvernement doit opter pour l'une ou l'autre. Ce choix conditionnnera la riposte des USA dans sa nouvelle guerre contre le terrorisme. L'une des 2 options envisagées est défendue par le secretaire d'état Colin Powell, l'autre est soutenue par le secrétaire adjoint à la défense Paul Wolfowitz...

2001-Bush et Wolfowitz


Wolfowitz défend l'idée que la réponse militaire américaine doit inclure dans ses objectifs la chute du président irakien Saddam Hussein, même si les alliés des USA que sont la Chine et la Russie s'y opposent. Déja, longtemps avant le 11 septembre, Wolfowitz et d'autres membres du Pentagone préconisaient d'éliminer Saddam Hussein.


Pour sa part, Colin Powell défend l'idée qu'il faut se concentrer sur la destruction d'Al Qaeda et d'Oussama Ben Laden.

Le 27 septembre, Powell met en garde contre les conséquences d'un engagement brutal contre l'Irak et contre tous les pays qui aident les terroristes... Wolfowitz répond que l'amérique doit agir seule, sans se soucier de l'opinion mondiale. Powell réaffirme que les Etats-Unis doivent faire appel à leurs alliés et doivent s'assurer du soutien du monde entier... Les conservateurs, alliés à Wolfowitz, font alors circuler une rumeur...

Selon eux, un des pirates de l'air aurait eu des contacts avec un agent des services secrets irakiens. Dans un communiqué officiel, le vice-président Dick Cheney rappelle alors que l'enquête en cours n'a jamais désigné d'autres commanditaires aux attentats du 11 septembre que Ben Laden et Al Qaeda...