1993-culture de tabac a CubaL'effondrement du bloc soviétique prive l'île de Cuba de son principal fournisseur de pétrole et de produits chimiques agricoles. Mais il la prive également du marché à l'exportation de 85% de son sucre de canne. Autour d'elle, le blocus économique américain est maintenu et c'est pourquoi le commerce extérieur de Cuba chute de 75% dés 1990. Le pouvoir d'achat des cubains est divisé par 2 et la population découvre subitement la malnutrition.

Les cubains s'emparent alors, en ville comme à la campagne, de petits bouts de terrain (terrasses, jachères, terrains vagues ou décharges) qu'ils transforment en centaines de milliers de potagers ou en petits élevages de poules, lapins ou cochons. Le gouvernement de Fidel Castro encourage ces productions vivrières en distribuant des terrains. La population adopte la traction animale, la fabrication de compost et l'utilisation d'insecticides naturels.


Cuba se couvre d'exploitations agricoles qui produisent des millions de tonnes de nourriture biologique. Les fermes d'état sont transformées en coopératives agricoles où des boutiques vendent à bas prix des semences et des outils de jardinage. La population cubaine parvient ainsi, toute seule et sans pétrole, à couvrir 70% de ses besoins alimentaires.


Puis, en 1993, le Vénézuéla fournit 110.000 barils de pétrole à Cuba. Cependant, les habitudes étant prises, les cubains continuent de pratiquer une agriculture vivrière sans produits chimiques et continuent de se nourrir avec. En 1996, le gouvernement cubain décrète que, désormais, l'agriculture biologique sera la seule autorisée dans l'île pour la production de nourriture.