En 1973, les USA doivent quitter le Vietnam mais perdent également pied en Amérique centrale, en Afrique et en Iran. Les Etats-Unis restent donc à la maison mais, en 1979, quand l'Armée Rouge intervient en Afghanistan, le président Ronald Reagan obtient une augmentation colossale du budget alloué aux dépenses militaires. L'Office of Net Assesment (ONA) prône alors de rendre inviolable le sol américain en créant une défense antimissile globalisée...

1979-nouvelle strategie militaire americaineLes cibles extérieures, quant à elles, seront traitées de manière "chirurgicale, en s'appuyant sur la supériorité technologique américaine. 

Andrew Marshall, de l'ONA, affirme qu'il est possible de mener une guerre en engageant des effectifs au sol extrèmement réduit et, ainsi, d'atteindre le "zéro mort"américain.

D'après Marshall, sa Révolution des Affaires Militaires (RMA) permettrait d'apporter un reméde au "syndrome vietnamien" des Etats-Unis.

Avec la disparition de l'ennemi soviétique, en 1991, les USA se cherchent un nouvel adversaire afin de justifier les dépenses militaires qu'entrainent l'envoi de leur armée dans la zone pétrolifère. L'occupation du Koweit par l'Irak de Saddam Hussein, soutenu par la Russie, permet à George Bush de faire coup double : le Congrés US approuve l'intervention américaine et l'opinion publique mondiale le soutient largement.

Pendant 7 semaines, la guerre rassemble donc les défenseurs du droit international contre l'Irak. Les militaires de la coalition, appliquant la méthode d'Andrew Marshall, ne subissent pratiquement aucune perte (de plus, les victimes civiles irakiennes sont trés peu nombreuses). En outre, savamment contrôlée par l'état-major américain, la médiatisation de cette guerre permet à George Bush d'obtenir une extraordinaire légitimation idéologique.