Au début du 20ème siècle, en dehors de San-Marin, de la Suisse et de la France, tous les états d'Europe sont des monarchies. Quand un pays devient indépendant, une des familles royales (bien souvent d'Allemagne) lui choisit un roi, comme en Roumanie, en Belgique, en Bulgarie et en Grèce.  Mais, après la 1ère guerre mondiale, la Finlande et la Tchécoslovaquie deviennent des républiques...

1979-Otto-Habsburg-Lorraine photo nvpswitzerlandLes Romanov, les Hohenzollern, les princes de Saxe, les princes de Bavière et les Habsbourg sont quant à eux renversés.

Après la 2nde guerre mondiale, les rois de Roumanie, de Bulgarie, d'Albanie, de Yougoslavie et d'Italie perdent à leur tour leur trône.

Les familles royales d'Europe se retirent alors de la vie politique. Seul l'archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine défend encore la monarchie.

Il prend, en 1953, la présidence du Mouvement Paneuropéen, lequel a pour objectif de construire  une Europe unie, démocratique et chrétienne.


En 1979, Otto de Habsbourg-Lorraine, qui est désormais député du Parti Chrétien-Démocrate allemand (CSU), milite pour un Empire d'Europe, composé de civilisations et de langues différentes, mais uni par un seul souverain et ayant en commun la religion chrétienne. 


Cependant, ses idées ne trouvent guère d'échos ailleurs qu'en Autriche et en Hongrie. Le Parti des Petits Propriétaires, qui lui propose d'être candidat à l'élection présidentielle de Hongrie, a réunit plus de 100.000 signatures de soutien. Otto de Habsbourg-Lorraine, grand défenseur de la création d'un Empire européen monarchique, envisage mal de devenir simple président de la Hongrie. C'est pourquoi il refuse poliment d'être candidat.