Au tout début du 20ème siècle, les côtes de la mer Egée et de la mer Noire sont des possessions de l'empire Ottoman. Majoritairement grecques, leurs populations espèrent cependant former, dans le futur, un état dont Constantinople sera la capitale. En 1913, la Thessalie, la Crète, l'Epire et la Macédoine sont rattachées à la Grèce et, au cours de la 1ère guerre mondiale, l'armée grecque parvient à s'emparer de la région de Smyrne.

1922-Grece-TurquieElle poursuit ensuite son avance en direction de Constantinople mais, en 1922, l'armée de Kemal Atatürk se reprend et repousse les troupes grecques en dehors de l'Asie Mineure et de l'Anatolie.


Les turques commencent à exterminer les populations grecques de ces régions et près de 2 millions de grecs s'enfuient devant l'avancée de l'armée turque.


Ces 2 millions de fugitifs rejoignent alors les 4,5 millions de grecs. Dans le même temps, 500.000 turcs quittent les Balkans et se réfugient en Turquie.

Chypre reste peuplée à 80% par des grecs et pendant l'occupation de l'île par l'Angleterre, cette majorité grecque attend son rattachement à la Grèce. De son côté, la minorité turque demande a être séparée. Une république indépendante est proclamée en 1960 pour l'ensemble de l'île puis, en 1974, après un coup d'état, des colonels prennent le pouvoir en Grèce...

Ils décident de s'emparer de Chypre par la force mais la Turquie réagit immédiatement et occupe militairement le nord de l'île. En 1983, la République Turque de Chypre du Nord est autoproclamée mais elle n'est reconnue que par la Turquie. Plusieurs années plus tard, la communauté grecque de Chypre accepte le plan de paix de l'ONU qui comprend la réunification de l'île. Cependant, seule la partie sud de Chypre adhère à l'Union Européenne