Le Mouvement Nationaliste Péruvien (MNP) est né après l'élection d'Alejandro Celestino Toledo Manrique comme président du Pérou en 2001. Pour ces ultra-nationalistes, Toledo a 3 défauts : il est libéral, a fait ses études à l'université étrangère de San Francisco, aux USA, et a épousé une belge. Les fondateurs du MNP, Antauro et Ollanta Humala, se disent disciples du général Caceres, résistant au 19ème siècle à l'occupation chilienne.

2001-les nationalistes peruviens veulent leur revancheLes frères Humala, s'inspirant fortement de la doctrine nazie, prônent la pureté de la race. Ainsi, le MNP milite pour un Pérou uniquement peuplé d'indiens et, à la rigueur, de métis. Imitant le NSDAP d'Adolf Hitler, il entoure les parades de ses miliciens de mises en scène qui se veulent grandioses. Sur les drapeaux noirs et rouges du MNP, un condor remplace l'aigle nazi. Ses militants brandissent également celui de Tahuantinsyo, l'empire inca...

Ce drapeau n'existant pas, le MNP a bizarrement adopté celui, arc-en-ciel, qu'utilisent les mouvements homosexuels. Le premier objectif des néo-nazis est la militarisation du Pérou, en préalable au déclenchement d'une guerre contre le Chili, laquelle permettra de reprendre les territoires perdus au 19ème siècle. Les miliciens du MNP, qui défilent toujours armés de fusils, de couteaux ou de bâtons, réclament le rétablissement de la peine de mort.

La liste de ceux qui seront fusillés lorsque le MNP sera en mesure de prendre le pouvoir a été publié dans Ollanta, l'organe de presse des ultra-nationalistes. Le gouvernement, les dirigeants des autres partis politiques et tous les députés y figurent. Dans 6 des principales villes péruviennes, quelques centaines de personnes ont manifesté leur soutien à Antauro Humala, dirigeant fondateur du MNP. Parmi eux se trouvait une majorité de jeunes.