Le 23 août 1944, le roi Michel de Roumanie convoque le maréchal Antonescu, le fait arrêter et le remplace par le général Sanatescu qui doit former un gouvernement d'union nationale. Après 3 ans passés dans le camp des forces de l'Axe, la Roumanie déclare soudain la guerre à l'Allemagne et le roi ordonne à ses troupes de se joindre aux armées des alliés. Le petit Parti Communiste Roumain en profite alors pour sortir de la clandestinité...

Le programme proposé par ses mille membres repose sur la mise en place d'une grande réforme agraire. L'idée de partager les terres pour que tous accèdent à la propriété séduit rapidement quelques 700.000 paysans qui adhèrent à ce parti. Puis l'Armée Rouge arrive en Roumanie et l'occupe. Fin 1946, un simulacre d'élection permet aux communistes de former quasiment seuls un gouvernement. L'URSS lui restitue alors la Transylvanie.

1974-NicolaeCeausescuEn 1947, l'assemblée nationale, majoritairement communiste, vote la dissolution du Parti National Paysan. Pour éviter à son pays un bain de sang, le roi Michel abdique en janvier 1948.

Soutenu par l'URSS, le paysan Gheorghiu Dej est élu 1er secrétaire du parti communiste. Son bras droit, un certain Nicolae Ceaucescu, est chargé en 1949 de la collectivisation des campagnes et de l'épuration de l'armée.

Dej meurt en 1965 et Ceaucescu prend sa place. Malgré la faible productivité de l'industrie, il décide obstinément de poursuivre l'industrialisation de la Roumanie agricole. 

Nicolae Ceaucescu dénonce l'invasion de la Tchecoslovaquie par l'URSS en 1968 mais, en 1971, le "génie des carpates" fait brutalement savoir aux intellectuels qu'ils sont au service du communisme. Puis, son épouse et lui mettent sur pied, dés 1974, un "réseau d'amis" qui leur permet de piller les richesses du pays pour leur seul profit.