Français naturalisé américain et diplômé de Harvard, Georges Doriot est surveillé par l'Office of Strategic Services, (l'OSS, ancêtre de la CIA), car il est le cousin de Jacques Doriot, fondateur du Parti Populaire Français, un parti d'extrème-droite qui collabore avec les nazis. Georges Doriot travaille pour Worms, une banque d'où les clients juifs ont été évincés et pillés. Son activité bancaire aux USA est vite mise à profit...

Des cadres de la banque Worms occupent des postes clés dans le gouvernement de Philippe Pétain. Georges Doriot, quant à lui, est chargé de blanchir et faire disparaître l'argent des juifs français aux USA. Il met en place un système pour les membres du gouvernement qui y ont des comptes : leurs noms sont remplacés par des séries de chiffres.

1980-Georges_DoriotPar ailleurs colonel dans l'armée américaine, Georges Doriot y est chargé de l'intendance pour les troupes en guerre. L'armée US, le FBI et les services de police canadiens et britanniques le mettent alors sous surveillance...

Ils découvrent qu'il s'apprète à racheter des entreprises américaines pour les mettre au service de l'effort de guerre nazi. Malgré celà, gràce à ses relations avec des responsables américains, il obtient le grade de général.

Après la guerre, la CIA l'utilise comme espion et le charge de recueillir des renseignements sur l'état du nucléaire dans les pays communistes d'Europe de l'Est.

Il participe également à la création de l'Executive MBA de l'école HEC à Paris, et de l'école INSEAD à Fontainebleau en 1957. En 1987, Georges Doriot meurt d'un cancer de la gorge.

En 1998,  Bill Clinton ordonne la déclassification de toutes les archives de l'OSS, ce qui permet de lever le voile sur les activités de Georges Doriot pendant la 2nde guerre mondiale.