Vaincus par l'armée de Franco, 517.000 républicains espagnols se réfugient en France en 1939. Parqués dans des camps, ils doivent choisir entre retourner en Espagne ou s'engager dans la Légion Etrangère. Beaucoup s'engagent et, en septembre, combattent aux côtés des français contre l'Allemagne. En 1940, Hitler envahit la Norvège : les anglais, les français et la 13ème brigade de la Légion, majoritairement espagnole, défendent la Norvége.

Les survivants sont emmenés à Trentham, en Angleterre. Certains partent alors pour Sidi Bel Abbes, en Algérie, d'autres s'engagent dans l'armée anglaise ou dans celle de la France libre. En France métropolitaine, des réfugiés espagnols créent les premiers maquis, principalement dans le Limousin, en Ariège et en Dordogne. En 1942, à Paris, ils créent un réseau, commandé par le catalan Josep Miret-Must. Beaucoup sont arrêtés et déportés.

En Ariège, le général Luis Fernandez dirige les 10.000 soldats de l'Agrupacion de Guerrilleros Espanoles et, en août 1944, le maquis de Cristino Garcia capture plusieurs centaines d'allemands. Puis, la 2ème Division Blindée débarque en France et ses unités espagnoles combattent comme troupes de choc à Alençon et à Ecouché. Le 24 août, le général Leclerc donne l'ordre au capitaine Dronne de foncer sur Paris...

1944-aout-Champs Elysees-ParisRépartis dans 3 unités de half-tracks, les combattants espagnols arrivent à l'Hôtel de ville, tenu depuis le 20 août par les résistants. Les parisiens stupéfaits découvrent alors que les premiers libérateurs sont des espagnols. Ceux-ci continuent avec la 2ème DB jusqu'à Strasbourg puis Berchtesgaden, en Allemagne. Ils pensent alors que les alliés vont les aider à chasser le dictateur Franco d'Espagne mais ils sont seuls à combattre... et se font massacrer.