Nicolas II de Russie, George V d'Angleterre et Guillaume II, empereur d'Allemagne, sont cousins germains, descendants tous les 3 de la défunte reine Victoria. Pour maintenir leurs liens d'amitiés, ils ont réunis une partie de leurs 3 armadas de guerre dans le vaste port militaire allemand de Kiel. En France, le Bloc des gauches vient de gagner les élections législatives après avoir mené sa campagne électorale contre l'impôt sur le revenu.

La gauche se dressait également contre une loi de prolongation du service militaire à 3 ans. Mais, le 19 juin 1914, la première décision que prennent ses élus est l'approbation d'un emprunt d'état de 800 millions de francs destinés à l'armement de la France. Plus tard, dans l'après-midi du 28 juin, Raymond Poincarré, président de la République, assiste aux courses hippiques qui se courent à l'hippodrome de Longchamp...

Soudain, un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères vient lui annoncer que l'archiduc François-Ferdinand et son épouse viennent d'être assassinés à Sarajevo... La guerre va-elle éclater ? En Europe, 2 camps se dessine déjà : celui de la Triple Alliance, qui lie l'Allemagne et l'Italie à l'empire Austro-Hongrois, et celui de la Triple Entente, qui rassemble la Russie, l'Angleterre et la France.

1914-premiers departs vers le front


Depuis 30 ans, l'état-major français rêve de prendre sa revanche sur l'Allemagne : il ne lui reste plus qu'à attendre que le président de la République signe la déclaration de guerre. Les généraux s'empressent donc de faire pression sur sa décision. Pour cela, ils lui exposent les plans d'attaque qu'ils ont conçus de longue date pour cette guerre qui, selon eux, ne devrait pas durer plus que quelques mois...