Pour la première fois en France, la campagne électorale à l'élection présidentielle va être télévisée. Charles de Gaulle, le président sortant, à l'habitude de se retrouver face aux caméras depuis le début de l'ORTF (Office de Radiodiffusion et Télévision Française). Ce n'est par contre pas le cas des autres candidats et c'est le socialiste François Mitterrand qui est le plus mal à l'aise. Pour sa part, Pierre Marcilhacy, sénateur de Charente, se présente sans parti.

1965-resultats presidentielle de 1965Marcel Barbu, lui, se définit comme le "rien du tout" et s'adresse aux français en leur disant "vous, mes copains...".

L'avocat Tixier-Vignancour est le candidat de l'extrême-droite et Jean Lecanuet celui du parti du centre.

Cette première campagne présidentielle télévisée est une grande nouveauté et elle passionne les français...

Ils se serrent autour des rares téléviseurs du pays pour découvrir les visages de ceux qui osent critiquer "le grand Charles".


De son côté, De Gaulle considère qu'en tant que président sortant, il n'a pas à s'afficher aux côtés des autres candidats, ni à partager avec eux du temps d'antenne.


Il est d'ailleurs convaincu que, dés le 1er tour, sa réélection ne sera qu'une simple formalité. Mais les premiers sondages d'opinion qui paraissent annoncent de bons résultats à venir pour François Mitterrand, le candidat commun des socialistes et des communistes.

Et il en va de même pour Jean Lecanuet, sorte de Kennedy à la française ! Au soir du 1er tour, bien qu'arrivant en tête, De Gaulle n'est pas triomphalement réélu comme il le croyait... Le président sortant s'empare alors de l'espace télévisuel et, dans un face à face avec un journaliste, affirme que ce sera lui ou le chaos pour le pays ! Le second tour a lieu le 19 décembre et De Gaulle est réélu mais, contrairement à d'habitude, avec seulement 55% de suffrages.