Après les 3 premières semaine de la guerre, l'armée française a déjà subi des pertes effrayantes qui se chiffrent parfois à plus de 25.000 morts par jour et, à la fin du premier mois, l'armée allemande est pratiquement aux portes de Paris. Le 2 septembre, le gouvernement français part donc rapidement pour Bordeaux et s'y installe. Joseph Galliéni, un vieux général à la retraite, est précipitamment rappelé et chargé de défendre Paris...

1914-premieres tranchees allemandesLe général Galliéni met alors à profit une incroyable erreur stratégique de l'état-major allemand. Le 6 septembre, à seulement 25 km à l'est de Paris, il déclenche une gigantesque bataille...


800.000 français et 60.000 anglais attaquent les 800.000 soldats allemands stationnés autour de la ville de Meaux. Galliéni va même réquisitionner plusieurs centaines de taxis parisiens pour acheminer plus vite un renfort de 2000 hommes supplémentaires.


A Nanteuil-le-Haudouin, la bataille est acharnée et le général allemand Von Kluck préfère ordonner le retrait de ses troupes. Il leur fait alors creuser des tranchées, afin de fortifier une ligne de front plus facilement défendable, laquelle va de la ville de Verdun jusqu'à la rivière Oise. Les armées françaises et anglaises font alors la même chose et, petit à petit, la ligne des tranchées s'allonge interminablement et parvient jusqu'aux côtes de la mer du Nord.

Tout ceux qui, d'un côté comme de l'autre, croyaient que la guerre serait trés courte, comprennent alors qu'elle risque au contraire de durer bien plus longtemps qu'ils ne l'avaient prédit.